was successfully added to your cart.

Panier

Category

Produits

Quels affichages dans une classe 3-6 ans ?

By | Produits | No Comments
Affichages permanents ou pas dans une ambiance 3-6 ans ?

Certes, en Montessori, on est hyper attentif à ne proposer à l’œil de l’enfant que le strict minimum en termes d’affichages (et de matériel didactique, bien sûr).
Certes, les affichages à but esthétique sont régulièrement renouvelés.

Mais en fait, il faut distinguer affichage culturel, affichage esthétique et affichage qui sert de référent et d’appentissages multiples.

Il peut, en effet, exister, dans certaines ambiances, des affichages permanents qui SERVENT aux enfants et qui demeurent VIVANTS au fil du temps.
Certains affichages peuvent être des référent quotidiens d’apprentissages, d’exploration, d’approfondissement, de consolidation…

Cela peut être le cas pour :
– La poutre du temps
– une frise alphabétique avec des images
– une frise numérique

La décision d’afficher ne vient pas du besoin de l’éducateur-enseignant qui va avoir tendance à mettre au mur tout ce qu’il lui parait important que l’enfant acquiert.

La décision d’afficher tel ou tel élément est complètement reliée aux besoins observés des enfants et de la vie de la classe.

Et le maintien d’un affichage va résulter de la réponse à la question : les affichages vivent-ils tous les jours ou pas ? Comment sont-ils investis ou pas par les enfants ? Servent-ils l’intérêt, l’activité spontanée des enfants ? Sont-ils le lieu d’échanges et d’interactions entre les enfants ? Servent-ils l’autonomie des enfants ? et leur possibilité de progresser ?

La frise alphabétique, la poutre du temps, voire une frise numérique peuvent être des éléments très vivants dans une classe ; ils peuvent constituer un véritable support d’apprentissage et devenir de véritables référents dans la vie de la classe.

Exemples d’activités spontanées autour d’affichages permanents :

• Installer une table sous la frise alphabétique et s’exercer à écrire des lettres
• Discuter autour du nom des animaux et de leur son d’attaque
• Prendre une lettre rugueuse et aller chercher le nom de l’animal pour retrouver le son de la lettre
• Enumérer spontanément pour se les remémorer tous les sons des lettres de la frise alphabétique ou tous les chiffres de la frise numérique
• Des enfants matures peuvent initier des plus jeunes aux noms des animaux ainsi qu’au son d’attaque de l’animal en question ; compter la frise numérique devant de plus jeunes ;
• Certains découvrent au bout d’un un ou deux ans que dans la frise alphabétique, il n’y a pas que la ligne des cursives minuscules, mais qu’il y a aussi des cursives majuscules comme dans leur prénom ou celui de leur copain…
• Découverte qu’il y a plusieurs façons d’écrire une même lettre
• Nombreuses discussions autour des anniversaires à venir ou autres événements sur la poutre du temps …
• Un enfant peut compter spontanément tous les chiffres présents sur la frise numérique et se rendre compte qu’il est capable de compter jusqu’à 139 ; ce constat suscitant l’envie de « faire la chaîne de 1000 » et donc de se dépasser ….

L’important, c’est de savoir pourquoi on affiche ou pourquoi on n’affiche pas ; l’important, c’est le sens que l’on donne et que l’on trouve à nos actions.
Toujours dans l’idée d’être au plus près des besoins et de l’intérêt des enfants.

Tout en sachant que le comportement et les besoins des enfants est variable selon la composition du groupe, la provenance sociale des enfants, l’époque de l’année, la promotion en cours, etc…

Enfin, pour conclure, un affichage qui ne vit pas, comme pour tout matériel didactique, questionne aussi le rôle de l’éducateur : son rôle est aussi d’aider à faire vivre les éléments qu’il a soigneusement placés dans sa classe ; il en va ainsi d’un affichage : si malgré ses essais, il n’y a pas d’accroche de la part des enfants, l’éducateur enlève l’affichage momenténment ou définitivement….
La vie, c’est du mouvement ; une classe, c’est du mouvement permanent et de l’adaptation régulière à ce qui s’y joue…

En conclusion, il est nécessaire de distinguer affichage culturel- esthétique et affichage qui sert de référent et d’apprentissages multiples. Dans ce dernier cas, ceux-ci peuvent devenir aussi utiles que le traditionnel matériel didactique Montessori.

Imprimée sur de la bâche plastique indestructible et mesurant 1,60 m de long, notre frise alphabet, placée à hauteur d’yeux d’enfants, constitue un support réel et quotidien à l’apprentissage des lettres.